Accréditation

L'Université Paris-Dauphine est accréditée

Programme

Les stagiaires doivent suivre :

  • douze enseignements et 6 conférences obligatoires ;
  • quatre enseignements optionnels sur six

 

Ils doivent aussi remettre :

  • un mémoire de recherche ;
  • un rapport d’activités sur leur dernier emploi ou leur carrière (qui se substitue au stage effectué en formation initiale).

 

Dans chaque enseignement, l'enseignant responsable détermine les modalités d'évaluation et les porte à la connaissance des étudiants dès le début de son enseignement. L'évaluation peut consister en un examen sur table final ou s’inscrire dans le cadre du « contrôle continu des aptitudes et des connaissances » et s'appuyer sur différents éléments : travaux réalisés (exposés, comptes-rendus, confection de dossiers...), intérêt et participation, assiduité.

 

Enseignements obligatoires

De l'économie à la gestion de la culture (36 heures) - Xavier DUPUIS

Historique de l'économie de la culture : les conditions de son émergence, ses enjeux, ses limites. La pertinence des outils de l'économiste en matière de l'évaluation : de l'évaluation de projets à l'évaluation de politique.Analyse économique de la demande : définition d'un produit culturel, comportement du consommateur, risque et incertitude, le rôle de la critique, stratification des publics. Peut-on parler de démocratisation ? Analyse économique de l'offre : du prototype au produit reproductible, gestion de la subvention, négociations avec les tutelles, modes de gestion et stratégies artistiques, maîtrise des coûts de production, rationalité économique/rationalité artistique. Quelle est la légitimité de l'intervention publique ? La notion de service public a-t-elle un sens dans le domaine culturel ? Les subventions sont-elles un mal nécessaire ? Quelles sont les perspectives d'évolution des modes de financement ?

 

Droit de la culture (24 heures) – Catherine MEYER-LERECULEUR

Recensement et analyse, dans l'optique de la problématique "droit-gestion", des principales règles juridiques qui régissent et conditionnent l'organisation et le fonctionnement de la vie culturelle - La dialectique droit-culture - Les administrations culturelles et les instruments de l'action culturelle publique – L’organisation juridique du spectacle vivant : réglementation des professions et des activités, structures des différents secteurs, organisation des musées et du marché de l'art – Le droit du patrimoine – La dimension européenne.

 

Culture et pouvoirs publics (24 heures) – Mohamed BELDJOUDI et Xavier DUPUIS

Présentation des acteurs publics intervenant dans le domaine culturel (Etat, collectivités territoriales) : rôles respectifs, structures, politiques, priorités, missions, modes d’action, moyens… Relations avec le secteur privé et le secteur marchand. Relations avec l’entrepreneur culturel : la demande de subvention (dossiers, mécanismes, critères d’attribution…), les conventions…

 

Gestion des productions culturelles (24 heures) – Cyril BAHSIEF

Enseignement visant à travers des cas pratiques, à analyser les spécificités de la gestion budgétaire et financière des entreprises culturelles dans les secteurs non marchands (festival, production dramatique lyrique, exposition) et les secteurs industriels de la culture (société de production audiovisuelle, production cinématographique, discographie, édition).

 

Droit public (24 heures) – Marianne THOREAU

Présentation du droit public : droit constitutionnel, droit administratif général, droit des finances publiques et droit européen. L’objectif est de donner un aperçu le plus complet possible de la nature et du contenu du droit public : notions, particularités, réflexions, articulations.

 

Introduction aux méthodes et techniques comptables (24 heures) – Céline MICHAÏLESKO

Ce cours introductif, destiné à un public au cursus et aux expériences variés, doit permettre de comprendre l’élaboration des états financiers publiés par les entreprises individuelles (ou toute organisation individuelle ayant à publier des états financiers) à l’intention de leurs partenaires. A cette fin, le cours et les exercices d’application explorent les différents aspects de cette technique de modélisation de l’entreprise qu’est la comptabilité ainsi que les nombreux problèmes théoriques et conceptuels qu’elle soulève. Les auditeurs devraient être capables à l’issu de ce cours :

  • de lire les documents de synthèse publiés par les entreprises (bilan, compte de résultat, annexes) ;
  • de les interpréter par référence aux principes et aux règles qui orientent et contraignent la pratique comptable en France ;
  • de reconstituer le raisonnement qui fonde l’enregistrement comptable des opérations de l’entreprise.

 

Principes fondamentaux de la gestion des entreprises (24 heures) – Elisabeth THUELIN

Ce cours de mise à niveau en analyse financière et en gestion financière a pour objectif de permettre aux auditeurs de maîtriser les principes de base de l’analyse financière et de

  • Etre capable de lire les documents comptables (compte de résultat et bilan) publiés par une entreprise afin de porter un jugement sur son activité, sa situation financière et sa performance, ainsi que sur les risques qui en découlent : marges, solvabilité et liquidité, approche par les ratios.
  • Etre capable de réaliser et analyser un plan de trésorerie et un plan de financement, afin de prendre des décisions : flux de fonds et flux de trésorerie, politique d’investissement et politique de financement.

 

Marketing culturel (24 heures) – Christophe MONIN

Présentation des techniques marketing en intégrant les spécificités propres au domaine culturel : leur mise au service de la diffusion des œuvres artistiques. Le marketing sera abordé dans les différents secteurs d'activités (patrimoine, spectacle, livre, disque...) en s'appuyant sur des exemples concrets. Seront plus particulièrement traités les points suivants : culture et marketing ; les deux marchés de l'entreprise culturelle ; distribution - prix ; communication : les médias, les stratégies ; marketing et industrie culturelle ; marketing et établissement public ; la création d'événements.

 

Fiscalité des activités culturelles (15 heures) – Véronique BERANGER

Dispositions spécifiques, TVA, autres taxes…Assujettissement à l’impôt sur le revenu. Le cas des artistes étrangers se produisant en France – Le cas des artistes français se produisant à l’étranger. Dispositions relatives au mécénat.

 

Les contrats dans la culture (24 heures) – Antoine CASANOVA

Principes des droits d'auteurs et droits voisins - Le rôle des sociétés d'auteurs. Analyse (suivant la méthode des études de cas) des contrats d'exploitation des droit d'auteurs et des droits voisins dans les principaux secteurs culturels : contrat d'édition littéraire - contrat de représentation - contrat de production audiovisuelle - Les coproductions audiovisuelles et l’œuvre multimédia - Les droits musicaux - Eléments de droit européen et international.

 

Gestion sociale (24 heures) – Karine DUQUESNOY

Obligations sociales liées à l’emploi des salariés (artistes, techniciens, administratifs) dans les activités du spectacle vivant et enregistré : conclusion, exécution et rupture du contrat de travail ; négociation collective, représentation du personnel; obligations sociales liées au versement des droits d’auteur ; assiette et cotisations sociales, et leur prise en compte dans la gestion des entreprises.

 

Ateliers professionnels (36 heures) – Xavier DUPUIS

Mise en place et suivi général des mémoires (cf. ci-après). Confrontation des expériences et des projets professionnels des stagiaires : mise en contact avec des professionnels de la culture, présentation par les stagiaires des secteurs culturels divers dont ils sont issus, évocation par ce biais des thèmes dominants de l'actualité culturelle.

 

Six conférences (18 heures)

Cycle de conférences confiées à des professionnels sur des thématiques d'actualité.

 

Enseignements optionnels

Les industries culturelles et numériques (21 heures) – Gilles CASTAGNAC et Eric LEGUAY

L’objet de ce séminaire est de parcourir dans leur diversité les différentes filières culturelles fondées sur la présence d’une fonction éditoriale affirmée et qui, à côté de l’audiovisuel, constituent les industries culturelles. A l’heure de la révolution numérique, cette démarche s’effectuera en deux temps :

  • On partira du modèle éditorial traditionnel encore particulièrement visible dans le livre pour passer aux industries culturelles anciennes aujourd’hui les plus interrogées par le numérique que sont le phonogramme et la presse avant de conclure sur l’évolution de ce modèle. Ce sera l’objet des 4 séances animées par Gilles Castagnac (séances 1, 2, 6 et 7).
  • On s’attachera également aux nouveaux modèles qui se cherchent en matière de multimedia et de jeu video et plus largement sur le Web dans un univers numérique aux règles profondément renouvelées quant à la production et à la circulation de l’information et des contenus. Les trois séances animées par Eric Leguay y seront consacrées (séances 3,4 et 5).

 

Le spectacle vivant (21 heures) – Antoine SAUER et Jamila HESSAÏNE

Panorama des conditions et modalités et d'organisation des principaux secteurs du spectacle vivant : théâtre, danse musique, opéra, rock... Etude particulière de la fonction de programmation artistique - gestion administrative et juridique et exploitation commerciale des productions.

 

Les échanges culturels internationaux (21 heures) – Benoît PAUMIER

Les échanges culturels internationaux prennent une importance croissante dans le monde actuel. Les enjeux qu’ils représentent ont conduit à la mise en place de politiques diversifiées émanant notamment des Etats, des organisations internationales et des collectivités locales. En se concentrant principalement sur la politique culturelle internationale de la France, ce séminaire aborde notamment, avec la participation d’intervenants directement impliqués dans ces matières, les questions liées à la diplomatie culturelle, son histoire, son actualité, à la promotion de la culture française à l’étranger et en Europe. Il sera aussi question de politiques culturelles mises en œuvre dans d’autres pays que la France.

 

Production et politiques audiovisuelles (24 heures) – Jean-Emmanuel PAPAGNO et Laurent MARTIN

Présentation et analyse des problèmes de la production audiovisuelle dans un contexte de développement des nouvelles technologies. L'objectif est de fournir à de futurs administrateurs de la culture les outils nécessaires pour mener à bien des projets audiovisuels et/ou numériques (captations de spectacle, production de documentaires culturels ou de DVD, ...). Un intérêt particulier sera porté à l'impact du numérique sur l'avenir des politiques culturelles et audiovisuelles (modification des circuits économiques, problème des droits et du téléchargement illégal, révision des modes d'action publics).
Analyse de la chaîne de production d'un film de l'idée au film fini : réalisation, budget, financements, exploitations, produits dérivés. Produire à l’heure du « media global » :

  • La production audiovisuelle : esthétique, politique, morale
  • Philosophie du genre : l'exemple du documentaire
  • L'espace et le temps : du local à l'international
  • Les stratégies du financement
  • L'art de budgéter
  • La théorie rhizomique du projet

 

La mise en valeur et l'animation du patrimoine (21 heures) – Muriel MAURIAC

La protection du patrimoine : la prise en compte du patrimoine dans l’histoire, historique de la protection, le cadre juridique de la protection (lois de 1913, 1930, 1941, Malraux, ZPPAUP, …). L’organisation institutionnelle des politiques du patrimoine : les acteurs publics (administration centrale, services déconcentrés, collectivités territoriales, …) et privés.

  • Les missions régaliennes : protection immeubles et objets (CRPS, CSMH, CDOM), restauration (architecte en chef, ABF, CAOA …)
  • Le financement des politiques du patrimoine : la mise en valeur
  • Bilan et perspectives (protocole de décentralisation).

Perspectives internationales : UNESCO, ICOMOS, politiques européennes, National Trust (GB), …
Cas pratiques : étude d’un dossier immeuble et d’un dossier objet, de la protection à la restauration.

 

Les politiques culturelles et aménagement du territoire (21 heures) – Emmanuelle SCHMITT

Les caractéristiques des équipements culturels et leur rôle structurant en milieu urbain et rural. Leur programmation. Les études d’opportunité, les études de faisabilité. L’enseignement s’appuie sur des cas pratiques d’aménagement ou de restructuration des lieux avec l’intervention d’architectes, de scénographes et d’économistes du bâtiment.

 

Le mémoire

Chaque stagiaire doit concevoir et rédiger un mémoire sur une problématique relevant du domaine d'un ou de plusieurs des enseignements. Ce mémoire doit s’insérer dans le projet professionnel du stagiaire.
Pour la préparation et la rédaction de ce mémoire, il est plus précisément encadré par un membre de l'équipe pédagogique du Master. Un suivi est en outre organisé au long de l'année dans les ateliers professionnels.
Le mémoire donnera lieu, le cas échéant, à une soutenance orale.

 

Le rapport d'activités

Les stagiaires en formation continue sont dispensés de stage. Ils sont tenus alors de remettre un rapport d’activités portant sur le dernier poste occupé ou sur l’ensemble de leur expérience professionnelle.

Contacts

Responsable de la formation
Xavier DUPUIS
xavier.dupuis@dauphine.fr

 

Assistante de la formation
Elodie KENANIAN
Tél. 01 44 05 41 82
elodie.kenanian@dauphine.fr

Actualités

Candidatures ouvertes jusqu'au 1er mai 2017 pour l'année universitaire 2017-2018.

 

Démarrage de la prochaine session 
Septembre 2017